Whitout you, I'm nothing

Publié le

Oui il y a une époque de ma vie où j'ai aimé Placebo plus qu'aujourd'hui et que leurs album qui se ressemblent tous. Mais David Bowie, j'aime toujours, alors qu'à l'époque de cette chanson je n'aimais pas.

tout ça pour répondre au Tag de Shopgirl et de Sorcière Camo.

C'est une bonne idée de s'interroger sur les choses sans lesquelles on ne peut pas mettre un pied devant l'autre. Mais je n'arrive pas à donner une réponse intelligente et intelligible...

Je ne peux pas vivre sans écrire, c'est assez certain. Il me faut un stylo, il me faut des feuilles pour griffonner mes idées. Mais en grandissant je le fais de moins en moins. En Angleterre, je n'ai presque rien fait de ce côté là, à part des trucs assez tristes sur mon grand père et un très joli texte que ma mère doit conserver quelque part et que j'aimerai récupérer car ma mémoire défaillante ne se rappelle que d'un passage sur le fait qu'il se fichait que je ne sois pas parfaitement coiffée.

Je suis fille unique, j'ai grandi dans un monde assez solitaire, et l'écriture est devenue mon monde imaginaire à moi. J'inventai des héroïnes et des histoires. Des filles assez perdues, avec des cheveux longs et des vestes en daim marron, qui ne savaient pas trop où elles allaient. toute ressemblance avec une personne réelle est exclue, je n'ai jamais eu de veste en daim marron. Cela dit, au feel du temps, je me suis fait des amis, et je les aime énormément, même si je ne sais jamais comment le dire. Je ne serais rien sans eux. Je n'ose pas leur parler de mes problèmes, je vous raconte pas comment il a été difficile d'admettre devant mes amies proches que j'étais bel et bien entichée de mon allemand, alors que les gens que je connais peu, je suis capable de leur parler du fait que j'ai gardé sa chemise et sa lumière de vélo. parler de moi en vrai m'est difficile, alors j'écris. Des trucs qui restent pour moi, ma mère me le reproche souvent, ou alors ce blog. Trois amies proches connaissent son existence, je ne sais pas si elles y viennent avec assiduité d'ailleurs. L'une d'elle, c'est ma meilleure amie, elle est géniale d'ailleurs, je ne peux qu'avoir une meilleure amie géniale, sinon, ça ne serait pas drôle... Je crois qu'elle est en vacances en Espagne là... Et bien je suis assez incapable de lui parler de trucs super perso, parce que j'ai peur qu'elle m'aime moins après. C'est nul, mais je suis devenue comme ça depuis une dizaine d'années...

Donc mes amis, mes amies, je ne peux pas vivre sans elles, et quand parfois elles se déchirrent, ça me fait de la peine.

Time_to_Mow_by_SallySimplicity.jpg

Je ne peux pas vivre sans manger, boire et respirer. Ce sont des besoins primaires.

Je ne peux pas vivre sans ma famille, même si elle m'énerve, et que j'ai parfois l'impression que je la déçois. Il n'y avait que mon grand père avec qui je n'avais pas ce sentiment, alors forcément, depuis, je vis un peu moins bien... Mais c'est la vie, et le joli article de Mamzelle Poupée peut faire beaucoup de bien parfois.

Pour faire sérieux, je dirai que c'est tout. je suis assez peu matérialiste dans le fond. j'accumule mais je me détache assez vite. Certains objets sont liés à des choses importantes de ma vie, des gens que j'ai aimé mais qui se sont effacés à leur tour, sans que j'ai vraiment de regrets. Je suis une fille qui a tendance à regarder devant elle, je me dis que si les choses étaient autrement, ce ne serait peut être pas mieux pour autant. No regrets...

Sinon, peut-être que sans Chocolat, ma vie serait moins funky, et sans ma cousine et mon cousin, ce serait juste inimaginable. J'aime trop ces gamins ( qui sont grand, 5ème et 6ème, bientôt je vais décevoir ma cousine qui est beaucoup plus au fait des trucs de fille que moi... ça va être un moment difficile, je le sens...).

Et j'aimerai bien vivre sans ces fichus poux ( je dois évacuer...), je crois que je n'en ai plus, mais je sais qu'il me reste durement des lentes, (mais comment je les enlève seule ???). Mais c'est physique, je crois que je vais me gratter la tête compulsivement, et que je vais faire des traitements pendant des mois. Et surtout que quand je garderai mes terreurs, ce sera les cheveux courts ou attachés et barricadés... J'ai l'impression d'être Miss Fine, il lui arrive la même mésaventure....

Little_girl__by_Loo_See.jpg

Bon alors le tag a été super détourné là, et en plus il a tourné longtemps... mais je crois ne pas l'avoir vu chez Mlle Eli, que je taggue, si elle l'accepte...

Edit : Ah je peux pas vivre sans humour, les gens qui en sont dépourvu me font beaucoup de peine. A ce propos, le flux de Lylyjune semble ne pas fonctionner, mais aujourd'hui chez elle, Il y a Louis de Funès et son Salomon, vous êtes juifs ? Donc voilà, on va chez lylyJune, vous savez tout le bien que je pense d'elle, ou je vous fait un dessin ?

 

Commenter cet article

sorcière Camomille 13/08/2008 00:15


nice answer and nice pictures... You're inspired, back from Italy !!

Mlleeli 12/08/2008 00:15


Ouaaaah, un nouveau tag à faire, j'suis trop une hype du tag actuellement! Bon, j'en ai prévu un pour demain mais je le ferais plus tard, ça te va?!

marine 12/08/2008 00:15


t'as tjs des poux? bon alors on déjeune pas jeudi, je temets en quarantaine. Bon sérieusement, ce billet (c'est mon nouveau jeu, éviter le mot article, j'en ai marre d'écrire non stop article L34 bis etc.) est incroyable. Oui, j'y vais pas avec le dos de la cuiller, (c'est pas une faute d'orthographe, c'est mon côté alterorthographiste), il y a qque chose q j'admire tjs chez les gens, leur capacité à faire des compliments. Les miens, j'ai tjs l'impression q ça sonne faux. Chacun ses défauts, moi je suis dyscomplimenteuse (ça c'est une mauvaise interprétation de ségolène R)



Je crois que d'une certaine façon t'es comme moi, écrire c'est parfois plus facile. Je pensais pas que tu "cachais ton blog" aux gens de la vraie vie. Je" suis heureuse de faire partie des élus.



en fait, j'ai une veste en daim marron main pas les cheveux longs.

Shopgirl 12/08/2008 00:15


Mais détourner un tag est une très bonne idée ! surtout que la question n'était pas facile, fallait il la prendre au pied de la lettre ou y voir un second degré ?

Je me reconnais quand tu décris ton univers de fille unique. Je crois que si j'ai autant aimé certains livres/films/séries, c'est parce qu'il y a avait une ribambelle de soeurs ;).

Et c'est vrai qu'un fil des années, j'ai laissé aussi traîner mon stylo... Il y a le blog mais c'est différent.



Sans transition: pour les poux, tu as des shampooings et des peignes spéciaux mais l'oeil avisé d'une autre personne peut être nécessaire pour les lentes ... Courage !

fran (carobine) 12/08/2008 00:15


Je trouve qui tu as très bien "traité le sujet"; c'est beau ce que tu dis, mais aussi pudique, un peu résigné, un peu poétique...