There was a boy...

Publié le

La semaine dernière, un garçon avec qui j'étais au collège et au lycée est mort. Il avait 24 ans, des tumeurs partout à la tete, et il est mort. C'est mon amie Marine qui m'a prevenu, leurs mères se connaissaient. J'ètais avec lui en 6eme, 5eme et en 2nde. On ne peut pas particulierement dire que nous etions amis. Je me souviens qu'en 2nde, son père est mort, et que je suis allee acheter une carte qu'on a tous signé, un truc joli et sobre, parce que les déléguées voulaient acheter une carte Titeuf, et que bon... Ensuite je suis allèe à la messe en l'honneur de son père, avec d'autres gens de la classe, parce que meme si on était pas amis, c'etait bien de montrer qu'on le soutenait. Cette année là, il a eu une tumeur begnine au genou je crois. On etait tous assez triste pour lui.

Après, on était plus dans la meme classe...

... je reprends quelques heures plus tard. J'ai appris en ecrivant que mon prof de thèatre du lycee est mort. Et hier je pensais a lui devant des pieces de Goldoni dans un marché au livre Milanais...

J'adorai ce type, il degageait une espece de sagesse indescriptible. Un voyageur, un type passioné par la jeunesse de ses élèves et par le théatre.

Bon, je voulais finir par le fait que je me suis demandée un instant, si je... non rien en fait. Je suis juste triste. Olivier avait 24 ans, il ne méritait pas ça. Alain ne devait pas avoir 60 ans, c'etait un etre exeptionel qui s'interessait à tout et à tous. Je ne peux pas aller aux funerailles, ca me pese beaucoup. Je pense qu'il y aura une messe au lycee a la rentree, enfin je l'espere... Si je rentre à Lyon, je serais deprimee et seule, ca n'ira pas non plus.

J'aimerai vraiment bien m'en sortir, me dire que je ne suis pas insignifiante et nullasse tout le temps depuis que mon grand père est mort. J'aimerai ne plus croire que si j'etais une fille courageuse, je pourrai etre avec eux plutot qu'ici... Ou alors je devrais partir en Alaska...

 

AH oui, desolee, ca devait pas etre plombant les articles de vacances...

Commenter cet article

Mélodie 21/07/2008 00:17


C'est vrai qu'on ne sait jamais vraiment trop quoi dire, je suis entièrement d'accord avec tout ce qui a été dit, la réalité nous rattrape souvent, je comprends de quoi tu parles pour l'avoir vécu, et rien n'aide vraiment, si ce n'est de se dire, que la vie peut s'arrêter à n'importe quel moment et qu'il faut donc en profiter chaque jour que Zeus fait.

Courage, et dis toi toujours que les nullasses c'est les autres !!^^

Princesse Audrey 21/07/2008 00:17


La mort, pour moi, c'est la seule chose qui donne de la valeur au temps qui passe. J'ai eu 14 décès dans ma famille depuis ma naissance, et du coup, je profite à fond du temps avec les gens que j'aime, c'est très important pour moi. C'est pour ça que je fais de mon mieux pour être toujours gentille, serviable et drôle, dans la vraie vie, avec mon entourage, pour rendre doux tous nos moments sur Terre.

On n'est pas obligé d'aller aux enterrements, c'est une épreuve extrêmement dure, presque cruelle. Celui auquel je suis allée en mars a brisé un truc en moi, je pense à ma tante qui avait sa tumeur au cerveau tous les jours, et son enterrement n'a pas soulagé ce gouffre qu'elle a laissé en moi, ce grand vide. La seule chose à faire, c'est de s'inspirer du bien que ceux qui sont morts faisaient, pour qu'ils n'aient pas vécu en vain. Ma tatie était pugnace et forte, rien ne l'abattait, elle a vécu 20 ans avec sa tumeur au cerveau, alors qu'elle n'en avait théoriquement que pour un an. Moi, je m'inspire de sa ténacité pour repasser mon CAPES. Elle a prouvé que vivre, même avec une bombe à retardement dans la tête, vivre n'est pas impossible. Elle a eu deux filles et un très beau couple, pour moi, sa force m'inspire, et tous les morts que j'ai connus, dans leur façon de vivre, m'ont appreis quelque chose. On leur doit de nous avoir entourés, et moi, je leur suis reconnaissante de ce qu'il m'ont appris, c'est une forme d'héritage, alors je le reproduis à ma façon. Et puis, ça les fait vivre encore, autrement, mais ils existent dans nos gestes et nos attitudes, et dans notre sang, aussi.

Miss Babooshka 21/07/2008 00:17


Je te comprends, j'ai eu un jour comme ça il y a quelques années : une amie de collège/lycée est morte d'un cancer à 22ans et mon professeur de grec ancien que j'appréciais est mort lui aussi d'un cancer ... Sale maladie pour d'autres raisons encore .....

& puis il y a aussi un truc dont je ne peux pas parler ...



Sois courageuse, et garde vivant en toi les souvenirs de ces deux personnes, tant qu'elles sont dans ton âme et ton coeur, elles ne sont pas vraiment parties ... Plein de bises.



Miss B.



PS : Merci pour le commentaire.

leslayaa 21/07/2008 00:17


C'est pas grave, si les articles de "vacances" sont plombants. Parfois, on a juste besoin de dire ce qu'on a sur le coeur, et un blog sert un peu à ça, non? C'est horrible, ce que tu racontes là, très triste...Et je pense à la mère de ce garçon qui a déjà perdu son époux...quelle force elle se doit d'avoir...

J'ai perdu ma grand-mère il y a deux ans, et pas un jour ne passe sans que je ne pense à elle.

Et ne pas aller à l'enterrement ne fait pas de toi une froussarde...Comme le disait un précédent commentaire, tu auras du temps pour te retrouver seule avec eux, et ce sera bien.

Commentaire décousu, juste pour te soutenir un peu, même si on ne se connaît pas

Titania 21/07/2008 00:17


Quand tu parles d'être avec eux plutôt qu'ici... Moi je ne l'avais pas compris dans le sens "aller à l'enterrement", j'espère juste que je vois trop tout en noir et que je me suis trompée.

Je comprends ce que tu ressens, je ne dirai pas "mieux" que les autres. Surtout en ce moment où j'affronte la même maladie de loin avec mon oncle (après le cancer de ma cousine), que je ne sais pas s'il sera encore là à mon retour, et que j'ai rêvé de lui encore la nuit dernière. J'en hurlerais de rage, de tristesse, de frustration. Trop de saloperies, trop d'accidents. J'aime pas la mort.

T'es pas nulle Camille, c'est juste la peine qui te fait dire ça. Penser à eux, c'est déjà ça.

Bisous