Travailler plus pour gagner plus

Publié le

Voilà une jolie chanson de Bernard Lavillier.
Cette chanson m'a fait redécouvrir ce chanteur loubard. Il l'a écrite pour rendre hommage à son père, ouvrier metallurgiste dans la région de St Etienne. Aujourd'hui, l'industrie régionale a sans doute disparu quelque part le long de la muraille de Chine. Eh oui, les patrons n'ont plus le goût d'autre fois. S'enrichir sans contrainte est possible à l'autre bout du monde. Alors la France, ils l'aiment ou ils la quittent.
Je ne sais plus quoi penser, j'ai de plus en plus de mal à croire que l'ultra libéralisme est devenu la réponse à tous nos problèmes. Il y avait en France, des choses en quoi je croyais, des notions de solidarité, de fraternité, d'égalité. L'école était ouverte à tous, libre, laïque, gratuite. Les professeurs y étaient passionés. Passion d'une matière et passion des élèves. Que va devenir tout cela ?
J'aime la France pour ses valeurs, pour sa laïcité même si je me reconnais dans certains aspects de la parole catholique. J'aime croire que nous sommes le Pays des droits de l'homme. Mais voilà qu'on songe à emprisonner les prisonniers plus longtemps de peur qu'ils ne récidivent. J'entends que des quotas immondes dictent le nombre de famille à expulser, de vies à briser, de coeurs à éclater. Voilà qu'on légalise l'idée que l'autre, cet alien si différent de nous est forcément menteur et qu'avec un bout de salive on pourra le prouver.
Comment peut on croire que dans une politique d'immigration menée de main de maître par un disciple de Charles Pasqua, on cherche idéalement à faciliter le regroupement familial ? Comment peut on croire qu'un gouvernement dont le membre le plus illustre n'a jamais rien fait pour que la loi des 20% de logement sociaux soit appliquée va vraiment aider ceux qui en ont le plus besoin ?
Consommons mes amis, puisqu'il faut le faire. Ne pas trop réfléchir surtout, les romans donnent mal à la tête. Ce n'est même pas rentable. Il faut vendre à tout prix, et acheter. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Jacques Attali. 300 bonnes idées pour relancer la concurence. Retourner dans la junge, s'y perdre en toute franchise. N'ayons plus peur des maux, la précarité fait partie de la condition humaine. Merci Laurence Parisot. Plus de belles maximes Voltairiennes, tout celà est dépassé.
La France, ils l'aiment alors pourquoi veulent-ils tant la changer ?

 

Commenter cet article

Petite Marquise 21/01/2008 00:05


J'arrive avec un peu de retard sur cet article mais que ça fait du bien de te voir là exprimer exactement ce que je ressens.

Quel malaise! Cette manière de stigmatiser des populations sans plus de nuances qu'une grossière caricature, de monter les Français les uns contre les autres, de complètement vider de sens la politique.

Et Sarko de nous abrutir avec ses amours peoples, d'une manière si indécente et vulgaire!! Je m'en fous moi de son divorce avec Cécilia! Je m'en fous de Carla Bruni!! Et je m'en fous encore plus que Rachida Dati s'habille en Prada et que le président porte des RayBan!

Le pire, je trouve dans tout ça, c'est que sa stratégie fonctionne terriblement bien! Dans le monde politique de nos jours, la forme a pris le pas sur le fond, ce qui est lamentable... Le débat s'est appauvri d'une force...! Nous avons à la tête du pays un gouvernement "cosmétique" qui se contente de supprimer les symptômes d'une société malade, sans même s'attaquer à la maladie elle-même. Bah oui, ça prendrait trop de temps! Tout cela parce que la politique est elle-même devenue un bien consommable et qu'il faut donc aller très vite parce que le consommateur de politique - qui soit dit en passant a très peu de mémoire - peut aussi jeter la majorité gouvernementale comme une vieille paire de baskets pour s'en payer une neuve aux prochaines élections...

J'ai pas du tout envie de quitter la France, parce que je l'aime terriblement mon pays, ses paysages, sa culture, sa diversité...

Non, je préfère rester et résister, continuer à ouvrir ma gueule!! parce que, merde alors, il y a trop de gens - et même dans les milieux militants - qui, fatalistes, sont en train de baisser les bras!

Merci Camille, te lire me fait du bien! et désolée si j'ai été grossière! parfois je m'emporte :)

elwind 21/01/2008 00:05


Ok, on est d'accord. Bise Camillette !

La Princesse 21/01/2008 00:05


Je suis tout à fait d'accord, Camille. Je ne vis plus en France, et je n'ai pas envie de rentrer pour l'instant. Les choses évoluent dans un sens qui ne me plait pas, et me plait de moins en moins.

Les choses ne sont pas toutes roses en Belgique, mais c'est encore un problème différent. ça me fait plaisir de voir que je suis pas la seule, quand j'entends dire les gens que c'est merveilleux d'avoir un président si moderne, je me demande si on vit sur la même planète...

TheCélinette 20/01/2008 00:05


Ce qui est fou c'est que les gens se précipitent sur cette "rentabilité" sur ces management presse-citron, alors qu'il est évident pour tous que cela déshumanise, que c'est un rythme infernal et sans sens, qui conduit le monde à sa perte.



Parfois, je travaille moins, et je prends mon temps.

J'en ai le budget plus serré mais le coeur plus léger ...

Miss Zen 20/01/2008 00:05


C'est le regne des solutions faciles, rapides, efficaces - tout doit etre rentable, quantifié, controlé, prévu - c'est juste effrayant - et comme toi je n'aime pas du tout, du tout ce qui se passe par ici - j'ai peur que quand tout sera cassé, on ne pourra plus revenir en arriere...