Il faudrait

Publié le

Il faudrait que je pense à régler mon réveil à l'heure d'hiver pour profiter comme tout le monde d'une heure de sommeil en plus.
Mais au fond ce n'est pas si grave, j'ai plus de temps pour faire le tour des blogs que je lis. Plus de temps pour écrire.
 
Il faudrait donc que j'écrive un bel article de fond, réfléchi et intelligent sur un sujet sérieux comme... les macarons & les chaussures. Mais je ne peux pas être objective puisque je viens de me délecter de macarons Bouillet que la maman des petits que je garde m'a offert. Et hier je me suis achetée des babies vernies à petit talon que toutes mes amies adoooooorent et qui me donnent un côté fifille!
 
J'étais à l'anniv d'Anissa. C'était sympa comme tout, on était entre fille. On voulait créer un facegroup sur la mode à l'IEP. Bref on était toutes fofolles! Je ne pensais à rien de grave, alors qu'en rentrant chez moi tard le soir, je me suis dit que si...
Loin d'un monde où on se pose des questions sur les macarons histoire de parler de tout et de livrer son point de vue sur un nouveau parfum. Loin d'un monde plein de trolls qui n'aiment pas tous les articles que nous écrivons. Loin d'un échange sur un livre ou sur une paire de sandale. Loin de ces petits rien sur Yann Barthès qui font le charme de nos existences. Loin d'un monde dans lequel on se prend la tête sur pas grand chose.
 
C'est étrange internet, on a un blog et on discute et parfois il se passe des trucs plus grave. C'est comme dans la vie réelle au fond. Il y aussi des tas de gens qui ont l'air sympa et équilibrés et qui ne le sont pas. Je dirais bien de faire attention mais je viens à l'instant même de discuter au téléphone avec une amie virtuelle que je n'ai jamais rencontré. Dans l'après-midi je finirai de rédiger une lettre sur mon papier à lettres Jane Austen pour une autre amie virtuelle. Ce soir je vais penser à une bloggueuse qui est de l'autre côté de l'Atlantique en espérant qu'elle finira par trouver ce qu'elle recherche. En regardant Le grand Journal demain, je vais baver devant un présentateur pipolesque. Voilà des gens à qui j'ai accordé ma confiance. Dès amis dont chaque jour je prend plaisir à lire les aventures. Que ferais-je si j'apprenais un jour qu'ils ont commis des actes de barbarie ? On voudrait que je réfléchisse longtemps avant d'écrire. Je serais décriée si je disais ouvertement sur mon blog qu'un prédateur sexuel est un gros con, si je m'emportai trop contre lui parce qu'au fond je ne le connais pas alors de quel droit j'ose le juger ?
 
On me dirait que certaines notes font mal, oui merci je sais j'en ai ait les frais et j'ai essayé de m'en expliquer de façon plus ou moins adroite. Mais il y a un fossé infranchissable entre s'offusquer pour des futilités macaronesques et tomber de bien plus haut que des nues lorsqu'on découvre ce qu'il a fait à des filles qu'il ne connaissait pas. Moi aussi si j'avais fait confiance à un tel personnage, j'aurai peut être envie d'écrire que j'aimerai qu'on lui coupe les couilles, alors que dans le confort de mes pensées calmes et réfléchies, je me demande si la castration chimique chez les délinquants sexuels est éthiquement envisageable ?
j'aime réfléchir, je réfléchis tellement que la fois ou dans ma vie je tombe vraiment amoureuse, eh bien au lieu d'avoir le courage de mes sentiments, je les intériorise, je me dis que je suis une grosse nulle. c'est vous dire si je réfléchis.
 
Des commentaires peuvent être du lynchage, je veux bien. Quoi qu'heureusement qu'en matière de viol, il y aura toujours des gens qui n'ont pas pêché pour jeter la première pierre. Mais un article sur un blog, sur le dégoût qu'on ressent lorsqu'on sait qu'un ami était en fait un être bin différent que ce qu'on croyait. Je peux comprendre cet article. Alors oui je ne comprends pas les messages de j'aime pas ce blog, cette fille est naze par blog interposé, d'où qu'ils viennent. mais un article qui marque son effroi, son dégoût... je n'y voit rien à redire. 2 poids, 2 mesures.
Tous les bloggeurs ne sont pas des virtuoses du clavier. leurs mots sont leurs mots, ils les utilisent comme ils peuvent et comme ils veulent. Et je trouve que pour des cas aussi graves, la maladresse et l'emportement sont difficilement blâmables.
 
Parce que excusez moi du peu, Mais le type qui viole une fille, vous croyez qu'il y met les formes de la politesse ? Vous croyez qu'il va sortir le " oh mademoiselle, tu te retournes, je te caresse avec mon couteau j'espère que ça te dérange pas ? tu veux bien remonter un peu ta jupe, là s'il te plait ? merci. Tu veux qu'on aille prendre un café ? désolée de t'avoir mis en retard et d'accessoirement, venir de briser ta vie ?"
 
Je dis ça, je dis rien. Je n'ai jamais été violée. Mais j'aimerai qu'on fasse l'effort de réfléchir. Tous ensemble.
 
 
 

Commenter cet article

Shopgirl 29/10/2007 00:25


Je ne voulais pas me dire, c'est juste que je suis sous le choc , un peu comme tout le monde et que je cherche à comprendre ...

Au début, j'ai pensé qu'il fallait vraiment vérifié qu'il s'agissait bien de lui, j'étais partagée et quand j'ai lu l'article de Charlotte, j'ai cru devenir dingue, il se créait un mouvement que je ne comprenais pas, une telle violence d'un coup à encaisser ...



A tête reposée, je crois que nous réagissons toutes un peu comme nous pouvons et j'aurais aimé avoir l'intelligence d'écrire la note de Maé qui résume vraiment ce que je pense.



Sois rassurée, je fais bien les différences qu'il faut :p .

Quand mon grand père est mort, moi aussi j'ai écrit sur lui sans me poser trop de questions sur le" comment serait compris mes mots". Quand je vais mal, je l'exprime aussi et c'est doute ce qu'a voulu dire Charlotte mais j'ai été choquée par la rapididté de sa réaction qui ressemblait à une forme de lynchage alors que nous n'étions même pas sures qu'il s'agissait de lui à ce moment là .



Maintenant ... Il faut que je t'avoue un truc.





J'aime les romans de Marc Levy :D !

Titania 29/10/2007 00:25


@ Princesse Audrey : je ne te visais pas en disant ca, hein :)

Comme l'a dit Camille, je parlais plutot de toutes celles qui vont deblaterer sur son blog. Si c'etait tellement evident qu'il ne tournait pas rond, pourquoi n'ont-elles rien dit ? C'est affligeant de voir qu'il existe reellement des personnes qui vont utiliser cette histoire tres glauque pour se faire mieux voir ou se faire connaitre sur d'autres blogs.

Comme l'a dit Shopgirl, il est entre les mains de la Justice, laissons la faire son travail. Je suis simplement soulagee qu'il ne se soit pas attaque AUSSI aux personnes qu'il connaissait bien.

CrazyViolette 29/10/2007 00:25


Camille, je ne parlais pas de toi dans le com que j'ai posté sur un autre blog, je ne connaissais même pas ton blog.

Ensuite, c'est pas pour chipoter, mais il n'y a pas eu de viol. Et oui, je pense que ça a son importance. D'ailleurs, et au risque de choquer du monde, j'ai été rassurée quand j'ai l'u l'article et que ce qu'on m'avait annoncé pour "agressions sexuelles" n'était pas "viols". Maintenant, je ne dis pas que s'il n'avait pas été "pris", ça n'aurait pas été pire.

Moi aussi je connaissais Julien, depuis plus de deux ans -avant qu'il ne commeette ses horreurs-, je le fréquentais régulièrement, je l'ai aussi hébergé. J'ai moi aussi été profondément choquée quand j'ai appris la nouvelle, et j'en ai fait des cauchemards.

C'est pas pour autant que je suis allée déblatérer cette histoire sur mon blog. Je comprends tout à fait que vous vous soyez senties mal, est ce une bonne raison pour que la nouvelle se répende comme une trainée de poudre?



> Charlotte : Parfois il faut prendre un peu de recul, mais tu m'as l'air un peu jeune pour pouvoir le faire (cf :"il aurait fallu lui couper les couilles", tu te prends pour Zorro ou quoi?)



Quoi qu'il en soit : soyez rassurées, même si vous l'aviez rencontré, il ne vous aurait pas touchée.

N'oubliez pas qu'internet et les blogs sont aussi aux mains de psychopathes, alors faites gaffe à vos fesses.

La C 29/10/2007 00:25


Coucou les filles,

Je me permets d'écrire aussi un p'tit com sur cette note alors que je ne suis pas très au courant de l'histoire. Mais je pense avoir cependant compris de quoi il en retournait en lisant ce billet ainsi qu'un article similaire sur le blog de Lyly June.

Il est évident qu'une telle affaire fait peur, et personnellement, je comprendrais l'envie de revanche de toutes les filles qui ont été abusées par lui à travers ce monde virtuel qu'est la blogosphère.

Pour ma part, cela ne fait pas très longtemps que je bloggue, et je suis pour l'instant partagée entre deux états d'esprits :

1. le fait de se dire que le monde virtuel n'est justement que virtuel et que c'est assez flippant de se dire que au final, on discute beaucoup ... mais avec des inconnus

2. le fait de discuter justement avec ses inconnus, de sujets qui nous rassemble et au fianl, arriver à créer des liens "d'amitié" avec des gens que l'on a jamais rencontrés.

C'est justement ce que tu résumes bien dans ta note, le paradoxe de cette situation.

Mais il est clair qu'une telle affaire fait peur !

J'espère sincèrement que vous vous en remettrez vite !!

Bizz à toutes et vive les macarons !!! :-)

charlotte o fraiz 29/10/2007 00:25


Merci.



Je comprends que je choque des gens.

Mes mots ne sont pas tendre.

Il faudrais que j'adoucisse les choses.

Il faut sortir du cercle infernale de la violence.

Violence de la solitude, violence du désir, violence des mauvaises nouvelles, violence des mots...



Malheureusement je suis loin d'être parfaite. Un article fait 10min après certaines nouvelles... j'étais trop heurtée pour faire preuve de pondération.