I almost wish we were butterflies and liv'd but three summer days

Publié le par Camille la It Girl

I almost wish we were butterflies and liv'd but three summer days—three such days with you I could fill with more delight than fifty common years could ever contain

keats_signature_150.gif





 lettre à Fanny Brawne, le 3 Juillet 1919

5-photos-festival-de-cannes-Bright-Star-15-mai_articlephoto.jpg

Eh oui, je suis allée voir Bright Star hier, et ce film m'a enchanté! Je remercie chaudement Dieu et les cartes UGC illimitées qui me permettront d'aller le revoir, je remercie Jane Campion de savoir si bien faire du cinéma et je remercie les acteurs anglais et australiens du casting qui sont tous plus que bien.

En 1918, Fanny Brawne, jeune fille effrontée qui ferait passer l'ironie d'Elizabeth Bennet pour de la limonade ,rencontre John Keats, un jeune poête sans le sous, hébergé chez uns de ses voisins qu'elle a en horreur parce qu'il ne voit en elle qu'une sombre coquette. Pas une révérance, pas une présentation policée, aucune discussion sur le temps ou sur les charmes de la campagne entre ces deux là, et même avec les autres personnages du film. J'ai beau adorer les period dramas et encore plus ceux qui ont pour arrière-plan l'Angleterre Georgienne et la Régence, je me suis régalée de voir les conventions piétinées de bout en bout.

Une porte s'ouvre rapidement, faisant déborder le thé de la tasse que Fanny est chargée de porter au jeune poète qui ne veut voir personne. Curieux début pour une histoire d'amour. C'est qu'au début, on ne sait pas trop s'ils s'aiment. Ils s'intéressent l'un à l'autre parce que leur passions font d'eux des êtres particuliers. Fanny semble ne vivre que pour les robes extraordinaires qu'elle crée dans sa chambre, et John préfère écrire des vers plutôt que de gagner sa vie.

4_1024x768.jpg

Sans trop qu'on sache comment, la curiosité que Fanny porte à Keats, cette envie qu'elle a de comprendre la poèsie et le poète, et le tendre agacement qu'elle provoque chez lui se muent en amour. Un amour étrange et très enfantin. Un sourire, une pitrerie, une partie de ballon dans le jardin, voilà un amour bien déconcertant pour le public qui attend une passion romantique. La passion est bien là pourtant, il n'y a qu'à relire les lettres de Keats et à regarder Fanny transformer sa chambre en cimetière de papillons lorsqu'il s'en va.

Leur histoire d'amour n'est pas une histoire torturée et passionnée comme l'imaginaire populaire se figure les amours d'un poète. C'est une histoire adolescente où l'on croit s'aimer pour toute la vie en tappotant une cloison. ils semblent aussi mal assortis que des vêtements de moldus portés par un sorcier, mais rien ne semble pouvoir les séparer. Brown, le meilleur ami de Keats qui a Fanny en horreur - et c'est réciproque- a beau essayer de le convaincre d'oublier celle qui à ses yeux n'est qu'une petite vaniteuse, il n'y met pas assez d'ardeur. Idem pour la mère qui rappelle avec calme à sa fille que Keats est trop pauvre pour se marier et qu'elle devrait retourner danser pour rencontrer d'autres jeunes hommes. Avant lui, son carnet de bal était toujours rempli.

Ce qui est fascinant dans ce film, c'est à quel point les gens autour d'eux n'existent pas. On ne sait jamais trop qui est qui, pourquoi les uns apparaissent et les autres disparaissent. Aucun personnage trop malveillant ne vient déranger les amoureux en leur rappellant qu'ils sont sans le sous. On devine le manque de ressource de la famille de Fanny en voyant sa mère sans cesse occupée à la cuisine, mais lors des bals, elles semblent reçues sur un pied d'égalité avec toute la petite bourgeoisie locale. Peut être que les esprits trop cartésiens s'offusqueront de ce manque de repère, de ce trop peu d'explication sur qui est qui, mais c'est à mon sens assez accessoire.

BRIGHT STAR PHOTO4

bright_star.jpg

BRIGHT STAR PHOTO1

Bright-Star-601.jpg

Ah oui, si les films légèrement contemplatifs et en costume vous ennuient, allez-y tout de même, Quentin Tarantino a écrit une lettre enflammée à l'encre rouge à Jane Campion après avoir vu Bright Star à Cannes.






Publié dans Period Dramaholic

Commenter cet article

Louise 07/01/2012 11:02


la lettre date du 3 Juillet 1819 et non 1919 !

charles 20/01/2010 18:27


un très joli film... je trouve... mais surtout un bon conseil messieurs... il ne faut pas oublier les kleenex pour offrir... car c'est un ravage à rimmel...


Camille la It Girl 20/01/2010 19:07


Je n'ai pas pleuré moi, mais d'autres si. merci pour le commentaire, j'aime les coms de garçons!


Alicia 19/01/2010 10:21


Tu as tellement de chance d'avoir la carte UGC illimité *__*
Moi j'attendrai début février pour le voir dans le petit ciné près de chez moi (4€ la place! xP)


leslayaa 17/01/2010 21:17



Bonne année!
Ouioui, nous parlons bien de la même personne, je pense. D'ailleurs, certaines critiques exprimées à son encontre sur divers blogs prennent tout leur sens IRL.
Quant à Fanny Brawne (quelle transition^^), mon avis a peut-être été floué du fait de la salle de cinéma dans laquelle j'ai vu le film, où j'ai été complètement frigorifiée du début à la fin (ou
presque) ("La Pagode", où l'une des deux salles est absolument magnifique, en passant).
Enfin à bientôt oui, je reviendrai!



Camille la It Girl 17/01/2010 21:55


Aaaaaah bienvenue au club des filles qui se sont fait avoir! Ca fait bizare au début, mais maintenant je me sens mieux et libérée! Contente que tu le sois aussi!

J'aimerai bien aller à la Pagode, je voulais y aller quand j'étais à paris et puis finalement je n'y suis pas allée, sans savoir pourquoi! j'ai oublié!

A bientôt !


leslayaa 12/01/2010 21:07


Bon ben ça fait longtemps que  je suis pas venue commenter ici (mais je commente plus sur les blogs...depuis une expérience assez intéressante qui s'est passé dans la vraie vie mais...où
tu te rends compte que les gens sont vraiiiiment pas comme sur un blog). Bref. Là je reviens, parce que j'ai vu le film, et puis que même si je te connais pas, j'ai aussi pensé à toi et à ta
critique sur ce blog. Et donc, moi j'ai pas tellement aimé...enfin Keats, c'est beau tout ça, les paysages anglais sont superbes, enfin tout ça sonne très très anglais, mais alors un gros bémol
pour moi: l'actrice qui joue Fanny Brawne me semble aussi effrontée qu'une chenille. Sérieusement, je l'ai trouvée molle, sans expression, enfin ne correspondant pas du tout au personnage...c'est
bizarre, j'ai l'impression d'être la seule à penser ça.


Camille la It Girl 17/01/2010 20:08


Coucou, je suis contente de te revoir ici. Pour les rencontres de blogueurs, disons que j'ai eu la chance de ne pas renconter la seule personne qui aurait pu me décevoir IRL puisqu'elle m'a déçue
sur le web tout court! C'est peut-être elle que tu as rencontré:D
Je ne sais pas comment était Fanny en vrai, je n'ai pas lu de bio, mais je l'ai trouvé assez effrontée, en tous cas avec les personnages masculins qu'elle n'hésite pas à contredire. Ensuite elle
est plus calme c'est vrai. Je crois que tu es la première personne que je lis à ne pas avoir apprécié son jeu, mais ce n'est pas très très grave!

En tous cas je te souhaite une bonne année 2010 et merci d'avoir pensé à moi en voyant ce film! A bientôt peut-être!