Mon blog est le seul qui a une vie en Août.

Publié le par Camille la It Girl

Trêve de blablateries existencielles sur le cours de la vie (surtout que cet article était pathétique et que j’ai failli me lever la nuit pour aller l’effacer) pour en venir aux vrais fondamentaux de la vie en vacances quand on a un boulot.

D’habitude je passais mes vacances à lire des trucs pseudos sérieux que je n’avais pas eu le temps de lire pendant l’année où à chercher quel passage de Bourdieu où de tel autre bouquin sur les rapports du peuple et de la culture allait faire mouche et me permettre de grappiller quelques lignes dans mon mémoire. Or cette année, niente mémoire, niente stress, niente je déteste totalement ce que je suis en train de faire, moi je préférerais écrire un papier sur la littérature comparée ou faire une analyse complète des relations internationales entre la France et l’Allemagne sous la mandature de Georges Pompidou. Juste de la relaxation, un peu comme dans les pubs pour le Club Med sans les G.O et la pension complête, Dieu m’en garde !

Croyez moi les amis, tout ce que je fais cette année c’est manger des figues fraichement coupées, me faire bronzer sur un transat et lire des livres tous moins sérieux les uns que les autres ( mais en Italien, au cas où je rencontre Dante dans la rue un soir, on pourra parler littérature autour d’un verre de prosecco) ( Quoi que bon Dante en fait il doit s’en foutre comme un rat mort de I love Shopping a New York et de La Regina della casa) ( Et en fait j’ai croisé plusieurs fois Dante dans la rue puisque le fils d’un ami de ma famille s’appelle Dante) ( Et avant notre voisin s’appellait Napoléon)(Rassurez vous le proprio du bar où je prends mon lait d’amande quotidien s’appelle César, tout n’est pas perdu).

J’ai presque terminé tous mes bouquins en Italien et je ne suis donc que fierté parce qu’à part Primo Levi que j’ai tendance à idolâtrer, je n’avais jamais lu autre chose qu’un Glamour, un Vanity Fair et les premiers châpitres d’Orgoglio e Prejudicio.

J’ai aussi acheté plein de vernis parce que le vernis, c’est la vie (je commence à chercher des slogans au cas où dans 6 mois, je décide que mon seul avenir de multi-milliardaire c’est de faire une carrière à la Don Drapper, ou plutôt à la Peggy) (Ceci est un message subliminal pour que vous regardiez tous Mad Men tellement c’est plus qu’un petit period show sur la vie des femmes au foyer dans les early sixities). En parlant de vernis, j’ai fait la folie d’acheter du Top Coat sans savoir ce que c’est juste parce que tous les blogs de vernis parlent de ça. Quelqu'un ici a t’il la moindre idée de ce qu’est le top coat ?

Je n’ai acheté aucune fringue de pétasse cette année, point de T-shirt qui brille à 1 euro, point de chaussures à strass en plastique ou autres immondices qui avaient jusque là comme but estival de me faire passer pour une autochtone. Cette année je cultive la différence. Na.

Et à part ça, trépignez de plaisir et dansez sur des lattes de parquet qui grincent, je suis plongée dans mon premier Douglas Kennedy (Une relation dangereuse) et j’aime bien. J’ai un peu peur qu’on vienne me dire que ce type est le Marc Lévy américain, mais à la page 118 de l’édition Pocket, il n’y a pas encore eu une ligne de sentimentalisme nian-nian et donc ça va. (Par contre dans Samantha, bonne à rien faire de Sophie Kinsella, on apprend à la page 70 que les gens de la campagne vallent tellement mieux que les gens stressés de la ville parce que eux, ils ont le temps de regarder les étoiles et qu’ils travaillent de leurs mains)(surtout les jardiniers).

Commenter cet article

Electra 20/09/2010 23:12



Ce blog est rafraichissant, moi qui écrit des billets sur mes lectures - mais tu choisis bien tes auteurs - Marc Levy ... non je plaisante, mais j'aime l'opposition et les fans de Kennedy. C'est
un Américain expatrié qui n'est ... plus publié dans son propre pays ! Perso je ne l'ai jamais lu, mais une amie le lit et elle aime ses livres, excepté pour la Femme du Vème (ça craint donc tant
cet étage ??) - enfin, pour la vie à la campagne  j'ai aimé la référence à Herta, moi c'est la pub "ricorée" qui me fait marrer.  La paresse et la procrastination sont deux de mes
activités préférées en vacances. Moi j'ai lu 4 bouquins, bien trop sérieux apparemment ! Faut que je te tente le Levy ...



Céline 28/08/2010 10:34



Je ne lis pas les autres commentaires, donc m'est avis qu'il va y avoir redite, mais ce n'est pas très grave je penbse (ne m'en veux pas : suis un peu pressée ! ^^)


Le top coat te permet de faire tenir ton verni plus longtemps en en passant une couche par-dessus. Je pratique ça depuis des années (ça semble tellement logique, si tu y réfléchis bien !) et je
m'étonne que ça ne se soit pas développé sur le plan "modesque" plus tôt que ça.


M'enfin bon, passons...


Douglas Kennedy déchire sa mère (si je puis dire). Rien à voir avec Marc Levy (que j'apprécie aussi, comme tu le sais déjà). Ce type est génial (sauf La dame du Ve qui, pour moi, est un raté dans
son parcour). Le plus mieux de tous : La poursuite du bonheur. Ce roman est juste parfait !


I'm back !!!


 


Bisous ma Camillette !



June Prune 23/08/2010 00:07



des blogs de vernis ? sérieusement ?


Sinon moi j'ai pas perdu mon été, j'ai appris qu'"il faut TOUJOURS mettre une base, non mais vous êtes folle ou quoi mademoiselle, sinon vous aurez les ongles jaunes. Et sinon, dites, vous
repoussez jamais vos cuticules ?" J'ai pas perdu mon été, j'ai appris à faire taire la pétasse du spa, je te donnerai des tuyaux si tu veux.



Mona 17/08/2010 20:46



Douglas Kennedy c'est le bien, tu ne sais pas que je suis totalement fan de cet homme ??? Or je hais profondément Marc Levy et consorts. Certains savent écrire et ont des idées, d'autres pas, là
réside la différence. (je concède cependant que La femme du Vème est à éviter. Pourtant ce roman prouve sa véritable connaissance de Paris et pas seulement de la Tour Eiffel et du Louvre. Mais la
fin est malheureusement indigne de ce qu'il sait faire par ailleurs). Lis le dernier, c'est brillant (et tu comprendras mes crises régulières de "je veux partiiiiir loin de la civilisation")
(hum). 


Have fun in Italy ! 



Shopgirl 17/08/2010 11:14



Douglas Kennedy est un bon auteur américian, à découvrir sans idées préconçues ;).


Par ailleurs, comme nous sommes des filles intelligentes, nous pouvons passer de sujets sérieux à d'autres plus légers très vite.


Une bonne manucure = une couche de base+ 2 couches de vernis (la première fine, la seconde pour la couleur) + 1 couche de top coat qui protège le vernis , le fait durer et fait briller tes doigts
de fée ! Le tout avec une bonne série à regarder parce qu'il faut bien laisser sécher le tout.


 


Bonne journée !