Où on va Papa ? Un livre 100% Vampire-Free

Publié le par Camille la It Girl

La semaine dernière j'ai lu un livre très bien. Mais ça ne parle pas de vampires. En ce moment, dès que je vais zoner chez Virgin, je ne vois que des livres qui parlent d'amour et de vampires. Et moi j'ai été traumatisée par les vampires quand j'étais petite. A cause de cette daube télévisuelle qu'était "Mystère". Des années plus tard, j'ai voulu lire Twilight, et là nouveau traumatisme, mais pas pour les mêmes raisons. Presque plus de traumatisme que quand j'ai vu Nosferatu de Murnau (à 10 ans) ( Je suis cinéphile)


Robert Pattinson, sans maquillage.

Je revendique complétement mon côté froussarde. Par exemple en organisant ma nouvelle bibliothèque dans ma chambre, j'ai refusé d'y intégrer Le silence des agneaux. Et quand j'étais gamine, c'était pire.

Mais venons-en au fait. C'est à dire à un livre exceptionnellement bien Si exceptionnellement bien que si je le pouvais ( c'est à dire si je dirigeais le monde et que j'avais à ma solde une gigantesque et docile armée) je forcerais tout le monde à le lire. Je ligoterais les pieds de mes innocentes victimes à leurs chaises et je leur mettrais le livre dans les mains. Comme il se lit en une heure, ils ne m'auraient pas en prétextant une pause pipi.

Jean-Louis Fournier est bien connu des fans de Pierre Desproges (donc la seule catégorie de gens qui survivra au crash maya de 2012) et il a eu la chance suprême d'être son meilleur ami. Imaginez un peu, être le meilleur ami de Pierre Desproges, ça devait être quelque chose! Enfin, il avait une vie en dehors de Pierre Desproges. Il avait trois enfants par exemple. Les deux plus grands, des garçons, étaient handicapés mentaux à 80% : Thomas et Matthieu. Enfin, il préférait dire qu'ils n'étaient pas comme les autres. Lui qui a toujours détesté être comme les autres, il a été servi.

Si Jean-Louis Fournier avait été comme les autres, il aurait peut-être écrit un livre mélodramatique sur ses enfants si beaux et si forts malgré la différence. Une société de production américaine aurait racheté les droits et des acteurs américains bankable en quête d'oscars auraient tout fait pour décrocher le rôle des parents. Pensez-vous, même pas besoin de s'enlaidir!

Heureusement, il n'a pas donné dans le mélo. D'un autre côté, quand on est copain comme cochon avec Pierre Desproges, ça veut dire qu'on a des principes et un certain sens de l'humour noir.
C'est donc avec humour qu'il parle de ses enfants. Beaucoup de gens (qui ne comprennent rien à rien) s'en sont indigné et l'ont accusé d'être un type horrible qui n'aimait pas ses enfants. Nous n'avons sans doute pas lu le même livre.

Alors oui, il n'y va pas avec le dos de la cuiller. Mais il ne se moque pas de ses enfants, il se contente d'en rire. Et puis mince quoi, quand on s'imagine parent un jour, on ne se rêve pas avec deux enfants comme ça! On se dit qu'on leur apprendra à faire du vélo sans les petites roues, on se dit qu'on leur offrira un jour notre livre préféré, qu'on leur téléphonera pour leur dire que ce soir à 23H15, ils passent Into the Wild sur la 5. Jean-Louis Fournier a été triste de ne pas pouvoir faire découvrir à ses enfants tout ce qui fait son monde à lui. Oui c'est égoïste, et alors ? On l'est tous, non ? Je voudrais bien en rencontrer moi des parents qui ont rêvé d'avoir des enfants qui ne s'intéressent pas à eux, des enfants à qui ils ne pourraient pas faire découvrir ce qu'ils aiment.

En fait, parler de ce livre c'est super compliqué. Parce que forcément, si je dis " C'est un type qui a écrit un bouquin super drôle sur ses deux gamins débiles profonds" je sens qu'on va me regarder avec un drôle d'air. Pour tenter de me ratrapper je dirais alors " Non, mais en fait, tu ris une ligne, et la suivante te fait monter les larmes aux yeux" et ce ne serait même pas un mensonge. Et puis après je dirais " c'est le plus beau témoignage d'amour d'un père pour ses enfants que j'ai jamais lu" et que c'est aussi super triste. Après, je prendrais le livre et j'en lirais des passages à voix haute. (Mais comme je suis un peu enrouée, je vais me contenter d'en citer quelques extraits)

Il y a aussi ceux qui disent "l'enfant handicapé est un cadeau du ciel." Et ils ne le disent pas pour rire. Ce sont rarement des gens qui ont des enfants handicapés. Quand on reçoit ce cadeau, on a envie de dire au ciel " Oh! fallait pas..."

A sa naissance, Thomas a eu un très beau cadeau : une timballe, une cuiller et une assiète à bouillie en argent.(...)C'est son parrain qui lui a offert, le président-directeur d'une banque qui était l'un de nos amis proches.
Quand Thomas a grandi et que rapidement, son handicap s'est révélé, il n'a plus jamais reçu de cadeaux de son parrain.
S'il avait été normal, certainement qu'après il aurait eu un beau stylo avec une plume en or, puis une raquette de tennis, un appareil photo...


Tu n'as pas honte, Jean-Louis, toi, leur père de te moquer de tes deux petits mioches qui ne peuvent même pas se défendre ?
Non. Ca n'empêche pas les sentiments

J'aurais aimé être instituteur, apprendre des choses aux enfants sans les ennuyer.
J'ai fait pour les enfants des dessins animés que les miens n'ont pas vus, des livres qu'ils n'ont pas lus.
J'aurais aimé qu'ils soient fiers de moi. Qu'ils disent à leurs camarades : "mon père, il est mieux que le tien."
Si les enfants ont besoin d'être fiers de leur père, peut-être que les pères, pour se rassurer, ont besoin de l'admiration de leurs enfants.


Mais en fait, même de courts extraits ne suffisent pas à montrer au monde entier à quel point ce livre est ,dixit moi, "exceptionnellement bien". Ouai parce qu'en fait il faut le lire. C'est un peu le principe d'un livre me direz-vous! Et là, vous n'avez pas tort.

Pour en revenir à la polémique, la mère des enfants de Jean-Louis Fournier a fait un site internet qui me plait sans me plaire. Le côté positif c'est qu'elle met le doigt sur les aspects "romancés" du livre : ses enfants parlaient un peu plus que ne veut bien l'avouer son ex-mari et elle a rempli des albums entiers de photos de ses enfants quand Jean-Louis Fournier prétend qu'ils n'en prenaient jamais par exemple. Le côté négatif, c'est qu'elle oppose les sexes dans la conception de la parenté. "Les pères sont élitistes alors que tout ce que veulent les mères c'est donner de l'amour à leurs enfants". Mouai, bof. C'est un raisonnement ultra basique. Mais comme tout le monde le sait, les femmes aiment les chaussures à talons et pas la guerre. D'ailleurs, si les chefs d'Etats étaient tous des femmes... Margare Tatcher, Margaret Tatcher, Margaret Tatcher.
(Bon, elle ne défend pas son ex-mari, mais elle a vécu tout ça de l'intérieur, c'est un cas particulier)

Allez, trêve de commentaires, Ys a parlé du livre beaucoup mieux que moi, alors lisez donc aussi son article :

Le 3 Mars, le livre sortira en livre de poche











Commenter cet article

Gaby 03/12/2009 19:03


J'en ai entendu du méga bien un peu partout et cette note m'oblige un peu de l'acheter maintenant :D


un conseil de livre svp 24/11/2009 15:28


il ya des livres comme ça qui te remettent les idées en place et tre font relativiser tes petits malheurs. quand je l'ai ouvert, j'ai pas pu le fermer.

étant actuellement sans ordinateur, celui-ci ayant décidé de s'auto-détruire plutôt que de me supporter (je squatte la salle libre accès) et ayant un besoin vital de m sortir la tête du plan
comptable général (malheureuse! ne critiques pas le droit, comparé à la compta, c'est juste jouissif)... aurais-tu un ouvrage à me conseiller, stp? pour info je serai à lyon ce week-end.


Camille la It Girl 25/11/2009 15:56


Je suis prise tout le week-end, réunion annuelle de Jane Austen freak in Lyon sorry.
Je me demandais où tu étais passée aussi... bah y a Jane Austen c'est bien, sinon les chroniques de san francisco, ça détend et ça fait réfléchir en même temps!


Shopgirl 22/11/2009 11:01


Lorsqu'un genre devient à la mode, on ne voit plus que ça et c'est dommage.
Je lis beaucoup de livres sans vampires, heureusement. Et j'aimais cette époque où il fallait faire trois librairies pour trouver Twilight...

En ce qui concerne le roman de ta chronique, je trouve très positif de parler du handicap avec humour et sincérité.


Bonnie 21/11/2009 19:13


il est sur ma PAL ^^ enfin disons que ça fait plusieurs mois que ma mère me propose de me le prêter  ... mais d'habitude on a pas  trop les mêmes gouts littéraires,  j'hésitais
...  je vais essayer de le lire avant la fin de l'année !
J'ai vu "mouchons nos morveux" en librairie ... ça a l'air pas mal non plus !


Camille la It Girl 21/11/2009 21:17


Tu peux le lire tout de suite, en une heure, une heure et demi maximum. C'est des petits textes très courts qui se suivent.



Touloulou 21/11/2009 15:10


Ton article est passionnant, je note ce livre pour quand j'aurai enfin un peu de temps à consacrer à autre chose que du droit. Je me disais bien que je connaissais le nom de Fournier, quand j'en
entendais parler ! (et je suis ravie d'apprendre par la même occasion que je survivrai à 2012).


Camille la It Girl 21/11/2009 21:51


Bah alors on se retrouvera en 2012, c'est chouette!